Institut du Patrimoine wallon

Le Mémorial interallié de Cointe à Liège

 

 

Fiche technique :

Titre : Le Mémorial interallié de Cointe à Liège. With English Summary

Auteurs : Jacques Barlet, Olivier Hamal et Sébastien Mainil

Éditeur : Institut du Patrimoine wallon

Lieu et date d’édition : Namur, 2014

Collection : Carnets du Patrimoine, 122

Format : 16 x 24 cm

Couverture souple - intérieur en quadrichromie

Pages : 52 pages

Clichés : 74 illustrations

ISBN : 978-2-87522-132-2

Dépôt légal : D/2014/10.015/11

Prix : 6 €

***

Résistant à l’invasion allemande en août 1914, Liège se voit décerner la Légion d’Honneur qui lui est remise par le Président de la République française Raymond Poincaré le 24 juillet 1919.

 

La même année, l’architecte Paul Jaspar conçoit un projet de « Beffroi de la Victoire » de 90 m de haut à ériger à proximité de l’hôtel de ville et du Perron, symbole des libertés liégeoises, projet resté sans suite. Un Comité international sollicite l’appui des pays alliés pour ériger sur la colline de Cointe à Liège un monument à la gloire des soldats alliés. Le « Comité Merode » confie à l’architecte anversois Joseph Smolderen la conception d’un ensemble monumental comprenant l’église du Sacré-Cœur et le Mémorial interallié, haut de 75 m. La première pierre de l’église est posée le 21 juin 1925 tandis que les travaux d’érection du monument civil débutent en septembre 1928 pour être inauguré le 20 juillet 1937.

 

La « crypte » abrite les monuments franco-belge, roumain et espagnol, tandis que la vaste esplanade accueille dans sa « salle des pylônes » les monuments italien, grec, polonais, anglais et russe. L’ensemble monumental est classé par arrêté du 24 janvier 2011.

 

Table des matières :

  • Préface
  • Paul Jaspar, les projets de « Beffroi de la Victoire »
  • Le projet de Victor Verlinde
  • La genèse du Mémorial interallié de Cointe :
    le choix de la Belgique et de Liège
  • Liège… mais où ?
  • Un autre projet et finances obligent
  • Le Comité interallié
  • La fusion des projets
  • Le monument civil et le monument religieux
  • Le site du Mémorial interallié de Cointe
  • Le monument civil
  • Portrait de l’auteur du Mémorial : Joseph Smolderen (1889-1973)
  • L’église du Sacré-Cœur
      • La guerre des basiliques : Koekelberg et Cointe
  • La première inauguration du 20 juillet 193è
  • Les campagnes de restauration
  • La Seconde Guerre mondiale et la seconde inauguration le 20 novembre 1968
  • De l’oubli à une restauration complète de la tour
  • Les monuments des nations alliées
  • Le classement
  • Jos Smolderen l’Anversois et l’architecture de l’avant-garde moderniste à Liège
  • The Cointe Inter-Allied Memorial in Liege
  • Orientation bibliographique
  • Crédits photographiques




Contact :

Institut du Patrimoine wallon. Service Publications. Rue du Lombard, 79 – B-5000 Namur.

publication@idpw.be

s.langohr@idpw.be (04/250 93 76)

Vente :

en librairie ;

via le site internet de l’IPW : www.institutdupatrimoine.be  (Publications | Accéder au catalogue | Catalogue de ventes en ligne).

 

 

Jacques Barlet. Architecte, licencié en Histoire de l'Art et Archéologie et, depuis 2005, expert auprès de l'IPW.

Olivier Hamal est avocat de profession et bien connue dans la vie publique liégeoise, s’intéresse depuis toujours à l’histoire de Liège en général mais aussi plus spécifiquement de son quartier de Cointe. Il préside depuis 1996, l’asbl « Le Site du Mémorial Interallié » qui a pour objet la promotion, la valorisation et la rénovation du Mémorial interallié de Cointe (tour et église). Il a déjà co-écrit plusieurs ouvrages dont une monographie consacrée au peintre décorateur liégeois Paul-Joseph Carpay (1822-1892) et un livre sur 175 ans au Passage Lemonnier dont il est le directeur gérant. Fin 2014, il devrait sortir un livre sur La place de Bronckart et les rues avoisinantes.

Sébastien Mainil est ingénieur-civil architecte (Faculté polytechnique de Mons). Il a obtenu un Master of conservation of Monuments and Sites de la KUL. Il travaille à l’IPW depuis 2006.

Les services offerts par l'IPW

L’Institut du Patrimoine wallon offre un panel varié de services qui couvrent l’organisation d’événements patrimoniaux, les conseils liés aux missions immobilières qu’il assume ou aux savoirs et savoir-faire techniques, les initiatives à destination du jeune public ainsi qu’un large de choix de  formations ou de ressources documentaires et enfin, la location de salles.

Subsides

Le Ministre wallon du Patrimoine peut décider, sur base de la remise d’un formulaire de demande et d’un avis de l’Institut du Patrimoine wallon et dans certains cas de l’Inspection des Finances, d’octroyer des subsides d’aide au secteur public (administrations communales, provinces, établissements d’enseignement…) et aux asbl.

Quatre types de dossiers sont subsidiables, pour autant que leur thématique aborde, de manière directe, la sensibilisation au patrimoine architectural ou archéologique en Wallonie, ou leur promotion : la réalisation de publications, d’expositions, d’événements ou encore de colloques.

Certains projets qui ne touchent pas uniquement la matière patrimoniale ou archéologique peuvent être subsidiés, mais le montant de la subvention que l’IPW propose au Ministre sera toujours calculé proportionnellement à la part effectivement consacrée au patrimoine architectural ou archéologique en Wallonie, en gardant à l’esprit que le projet est tenu de mettre en valeur le patrimoine et non l’inverse (le simple fait d’organiser un concert ou une exposition dans un monument classé ne justifie pas en soi un subside du Ministre du Patrimoine par exemple).  Les demandeurs sont donc invités à préciser au maximum le contenu de leurs projets, tant sur le fond que sur la forme (descriptif précis de l’événement ou de l’exposition, thématique détaillée des interventions du colloque, table des matières détaillée de l’ouvrage ou tout autre élément pertinent).

La part effectivement consacrée au patrimoine ayant ainsi pu être définie, la proposition de subside faite par l’IPW au Ministre ne couvre au maximum que 60 % des dépenses liées à la réalisation des projets présentés et qui peuvent entrer en ligne de compte. Les frais tels que salaires, défraiements, locations de salles, frais postaux ou encore achat de matériel d’organisation et de décoration ne sont pas pris en considération. Les postes pour lesquels un subventionnement est demandé à l’IPW ne peuvent pas faire par ailleurs l’objet d’un autre autre subside, de même que le demandeur ne peut introduire qu’une seule demande pour le même objet. Ainsi, une publication qui aurait été soutenue lors de son impression ne peut plus être subsidiée une seconde fois dans le cadre d’une réimpression. Les prévisions de recettes éventuelles des ventes d’une publication ou de l’organisation d’une manifestation doivent figurer également dans le formulaire de demande et sont prises en compte par l’IPW pour évaluer la nécessité du subside ou pour fixer une proposition de montant au Ministre.

Les demandes de soutien doivent impérativement être introduites lors du lancement du projet concerné et au plus tard six mois avant la parution de la publication ou l’organisation de l’événement, afin que leur concrétisation ne dépende pas de l’octroi ou non de subsides par  le Ministre, sauf en s’y prenant suffisamment à l’avance bien sûr. Il ne sera pas possible de répondre favorablement à un dossier introduit trop tardivement ou postérieurement à l’événement.

Toute demande de soutien doit être introduite par courrier auprès de l’Administrateur général de l’Institut du Patrimoine wallon, Freddy Joris, au travers des différents formulaires à télécharger (au nombre de quatre, un par catégorie de demande). La décision finale appartient au Ministre du Patrimoine, puis l’IPW assure le suivi du dossier (versement du subside sur base de preuves de la réalisation du projet).

NB : À partir de 2015, plus aucune subvention de sensibilisation ne sera accordée pour des manifestations ou des publications réalisées à l'occasion des Journées du Patrimoine, afin de privilégier l'ouverture des monuments via les subventions de guidage, d'encadrement ou de nettoyages octroyées par le Secrétariat des Journées du Patrimoine.

Informations : communication@idpw.be
Téléchargement des logos de l'Institut du Patrimoine wallon : en jpg - en pdf

Documentation

L’Institut du Patrimoine wallon dispose d’une série de ressources accessibles aux amateurs et aux professionnels du patrimoine.

En tant qu’éditeur, l’Institut publie chaque année de nombreux ouvrages dans des collections s’adressant au public le plus large possible (Carnets du Patrimoine, Itinéraires du Patrimoine wallon, beaux livres, etc.) ou privilégiant un public beaucoup plus ciblé (Dossiers de l’IPW, monographies spécialisées, etc.). Outre ces publications payantes, l’Institut dispose d’un fonds important de publications téléchargeables gratuitement (Indispensables du Patrimoine, par exemple) ou de brochures consacrées à des thèmes variés ou plus généralistes comme La Lettre du Patrimoine, trimestriel gratuit disponible au format papier ou électronique sur simple demande.

L’Institut du Patrimoine wallon dispose enfin d’une bibliothèque (le Centre d'information et de documentation du Centre des métiers du patrimoine, d’une photothèque rassemblant plusieurs fonds de photographies patrimoniales et d’une matériauthèque regroupant des exemples de matériaux de construction ou de mises en œuvre de techniques sous la forme d’exemples concrets, accessibles au public à terme.