Institut du Patrimoine wallon

La valorisation en pratique

L’ancienne abbaye de la Paix-Dieu à Amay : la Région a planifié en 1995 la restauration progressive des anciens bâtiments conventuels de la Paix-Dieu. Depuis la réaffectation du quartier des Hôtes par le Département du Patrimoine entre 1999 et 2001, les travaux ont été réalisés, sont en cours ou programmés par l’IPW.

L’Archéoforum de Liège : de 2000 à 2003, l’IPW a réalisé les aménagements permettant l’ouverture au public de l’Archéoforum de Liège. De nouveaux aménagements ont été réalisés en 2012 pour réorienter le fonctionnement du site dès 2013. Une équipe de l’Institut est chargée de sa gestion quotidienne.

L’abbaye de Villers-la-Ville : le site de l’ancienne abbaye de Villers est morcelé entre deux propriétaires, la Wallonie et l’État fédéral. Les vestiges en sont valorisés par une asbl gérant également plusieurs bâtiments appartenant à la Wallonie. Au milieu des années 2000, l’Institut a élaboré un schéma de développement touristique afin de favoriser la compréhension autant que la fréquentation du site. Grâce à un cofinancement européen, l’Institut a mis en œuvre la restauration de deux bâtiments, la porte de la ferme et la grange en 2010 ainsi que la restauration d’un troisième, la buanderie, en 2011-2012. La création du nouveau circuit de visite et la restauration et de l’aménagement de l’aile sud du moulin sont en cours.

L’ancienne abbaye de Stavelot : l’IPW a assuré en 2010 la création de nouvelles cuisines pour l’amélioration du tourisme d’affaires à l’ancienne abbaye de Stavelot, ainsi qu’un nouvel espace d’exposition. Un bail emphytéotique lie le site à la Wallonie. L’asbl Espaces, Tourisme et Culture (ETC) qui gère le site et ses trois musées est étroitement liée à l’IPW, qui y représente majoritairement la Région et en détient la présidence. Depuis deux ans, l’IPW a aussi entamé par phases la consolidation et la valorisation des vestiges de l’ancienne église abbatiale.

L’Écomusée du Bois-du-Luc à La Louvière : l’Écomusée du Bois-du-Luc, propriété régionale cédée en emphytéose à l’asbl du même nom, fait partie de l’ensemble architectural classé (patrimoine exceptionnel de Wallonie et site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial). Ce bien a été porté en 2008 sur la liste des propriétés de la Wallonie confiées à l’IPW pour entreprendre une campagne de restauration. L’Institut a achevé en 2010 le désamiantage des caves, la consolidation des bâtiments et a entamé en 2011 la restauration progressive des toitures du site, tout en entamant la restauration des portes guillotines et celle de la toiture du SAICOM.

Boch Keramis à La Louvière : en 2008, les bâtiments classés contenant les fours bouteille de la faïencerie Boch ont rejoint la liste de l’IPW. L’Institut a été chargé d’acquérir les lieux pour l’euro symbolique pour y créer, dans le cadre d’un cofinancement européen et d’une réhabilitation d’ensemble du site, un Centre de la Céramique qui abritera les collections de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le Forum de Liège : l’IPW représente la Wallonie au Conseil d’Administration du Forum de Liège et a fait réaliser le nouvel éclairage de sa façade. En 2003, l’IPW a restauré un bâtiment annexe au Forum pour y abriter la billetterie et les espaces VIP.

Le parc de l’Harmonie à Verviers : un agent de l’Institut assure l’entretien et la surveillance du parc de l’Harmonie, que l’Institut réaménage progressivement.

Les Moulins de Beez à Namur : deux agents de l’Institut assurent la gestion et la location de l’auditorium et des espaces publics des Moulins de Beez, occupés plus de 1.500 fois depuis 1999.

La tour des Albastries de Huy : l’IPW a assumé en 2009 les travaux de consolidation de la tour des Albastries, un élément des anciens remparts de la ville.

Les serres du Jardin botanique de Liège : dès 2014, les serres du Jardin botanique reviendront à la Wallonie par bail emphytéotique. L’IPW a été amené à travailler sur une étude de faisabilité pour envisager le sauvetage et la revalorisation de ces serres historiques qui dépendent de la DGO3-Espaces verts.

Le Parlement wallon (Namur) : l’ancien hospice Saint-Gilles nécessite des interventions de maintenance pour lesquelles l’IPW assure l’étude et le suivi. En outre, un plan d’éclairage du monument a été mis à l’étude.

Plus d'infos sur d'anciennes interventions

Le futur Centre des métiers de la pierre à Soignies