Institut du Patrimoine wallon

Les expositions itinérantes

« Cent merveilles de Wallonie »

par Guy Focant, Photographe au Département du Patrimoine du Service public de Wallonie

L’Institut du Patrimoine wallon a laissé carte blanche à l’auteur dans le cadre de la publication d’une monographie consacrée aux Cent merveilles de Wallonie. Les clichés de ce bel ouvrage font l’objet d’une exposition itinérante.

100 photographies encadrées

Possibilité de dépôt de l’ouvrage Cent merveilles de Wallonie.

 « Les gestes du patrimoine. Hommes et femmes de métier en Wallonie »

par Guy Focant, Photographe au Département du Patrimoine du Service public de Wallonie

Tout en étant une histoire de vieilles pierres, de monuments prestigieux, d'œuvres d'art et de réalisations somptueuses, discrètes, voire méconnues, le patrimoine est aussi une histoire d'hommes, d'hommes et de femmes ; ceux qui ont commandité la réalisation et ceux qui y ont œuvré avec technique, art et passion. De nos jours, si le patrimoine est toujours vivant, nous le devons aussi à tous les artisans du patrimoine, qui poursuivent discrètement ce travail dans le but de le sauvegarder pour le léguer aux générations futures. Une exposition, accompagnée d’une publication, leur est dédiée, comme un hommage, en signe de respect. Pour chaque métier, des artisans de référence ont été choisis ; sans leur participation active, ce travail n'aurait pu voir le jour. Conscients qu'ils sont un maillon dans la conservation et la transmission de notre patrimoine, ils ont grand ouvert la porte de leur atelier, ont donné accès à leurs chantiers et ont partagé leur passion. Les divers reportages qui illustrent cette exposition se veulent un témoin de ces gestes et de ce savoir et traduisent en image cette passion et ce goût du « bel ouvrage ».

Guy Focant, s’est particulièrement attaché aux femmes et aux hommes actifs dans les « métiers du patrimoine », celles et ceux qui œuvrent chaque jour, avec compétence et passion, à la préservation du riche patrimoine de Wallonie. Le photographe a donc poussé la porte des ateliers et s’est rendu sur de nombreux chantiers pour fixer les gestes posés quotidiennement par ces professionnels, ajoutant du même coup à la matière patrimoniale cette dimension humaine qui l’enrichit toujours. La somme de ces photographies a fait l’objet de la publication d’une monographie publiée par l’Institut du Patrimoine dans la foulée des Journées du Patrimoine 2010 consacrées aux métiers du patrimoine. À son tour, une exposition itinérante rend compte de ce travail acharné et méticuleux et du talent de son auteur.

107 photographies, sur toiles de dimensions variables

Possibilité de dépôt de l’ouvrage Les gestes du patrimoine.

 « Traces choisies du Mouvement wallon. 30 ans de Wallonie, 120 années de formation  d’une identité wallonne »

Remontant à la fin du XIXe siècle, le Mouvement wallon s’est forgé autour de la défense de la langue et de la culture wallonnes, leur ajoutant au fil du temps un contenu économique et social ainsi que des revendications politiques. De la « Lettre au Roi » de Jules Destrée prônant la séparation de la Wallonie et de la Flandre (1912) à la « Question royale » (1950), suivie par le « divorce belge » des années 1960, c’est aussi sous son impulsion que la Belgique s’est peu à peu transformée en État fédéral lors des réformes de 1970, 1980, 1988, 1993 et 2014.

Les grandes figures de ce Mouvement et les étapes décisives qui ont progressivement contribué à la création de la Wallonie ont souvent fait l’objet d’attentions multiples mais pas les lieux où ces éléments fondateurs se déroulèrent, les traces physiques qu’ils purent laisser ou qui les commémorent. Ces derniers sont pourtant foison et n’attendent qu’un coup de projecteur. Morceaux choisis à découvrir au fil d’une exposition didactique mettant l’accent sur une quarantaine de lieux porteurs.

37 roll-up (85 cm x 200 cm ou 100 x 200 cm)

Possibilité de dépôt de l’ouvrage Sur les traces du Mouvement wallon.

« Laurent-Benoît Dewez (1731-1812). Aux origines du néoclassicisme en Belgique »

L’architecte Laurent-Benoît Dewez (1731-1812), né à Petit-Rechain près de Verviers au sein d’une famille nombreuse plutôt modeste, a laissé dans nos régions une œuvre abondante de tout premier plan. Durant une quinzaine d’années, de 1759 à 1774, il règne en maître sur l’architecture des Pays-Bas autrichiens et emporte de nombreuses commandes importantes, notamment abbatiales, dans presque toutes les provinces de l’actuelle Belgique. Soutenu par le pouvoir autrichien qui exerce un contrôle sur les reconstructions religieuses, il est considéré comme quasiment incontournable par les amateurs du nouveau style : le néoclassicisme. Onze de ses réalisations parmi les plus représentatives conservées à ce jour sont évoquées dans l’exposition, qui retrace également les grandes lignes de sa biographie.

15 roll-up (85 cm x 200 cm)

Ces expositions peuvent être mises gratuitement à disposition sur simple demande : communication@idpw.be.